La caisse claire (snare drum)


 «Petit tambour cylindrique plat à deux peaux, muni d'un timbre»



La caisse claire (snare drum) est constituée d'un fût (shell) , de deux peaux (heads), d'un timbre (snare wires), de deux cercles (hoops), d'un déclencheur (throw-off), de coquilles (lugs) et de vis (screws).
Les caisse-claires que l'on rencontre le plus souvent sont fabriquées en érable ou en aluminium, mais il existe une grande variété de matériaux utilisés pour leur fabrication: laiton, bronze, fonte, fer, acier, cuivre, érable, bouleau, bambou, cerisier, tilleul, ou des bois exotiques comme le bubinga, le jarrah, le sheoak, ou encore des matières synthétiques comme l'acrylique, la fibre de verre ou le carbone, des matériaux composite et même du verre !
Les dernières nouveautés en terme de construction de caisse-claires sont les fûts hybrides en bois et métal (DW, edge), ou bois et acrylique (Spaun, hybrid).

La fabrication du caisse claire SONOR :

           
  

Les fût et les cercles:
Les caisse-claires en bois sont constituées de 6 à plus de 30 plis (fines tranches de bois collées ensemble). On trouve des fûts constitués d'une seule pièce de bois appelés "solid shell" ou de plusieurs rectangles assemblés verticalement ou horizontalement entre eux. Certaines caisse-claires ont des cercles de renforts à l'intérieur de leur fût qui améliorent la stabilité sonore de l'instrument.
Les caisses en métal peuvent être chromées ou martelées, pour obtenir un son plus ou moins grave, brillant ou gras. Quelque soient les matériaux de construction, plus le fût est fin, plus il sonne grave. La finition va définir le look extérieur du fût et va influencer sur ces caractéristiques acoustiques. Les caisses en bois sont soit peintes, vernies, laquées ou recouvertes d'un revêtement plastique. Ce denier procédé permet l'impression d'images (flammes, têtes de mort...), de photos, de dessins ou de textures particulières (sparkle, psyche red oyster...).
Les dimensions d'une caisse-claire sont variables. Le fût standard fait 14 pouces de diamètre et, entre 3 et 6.5 pouces de profondeur. Mais il n'est pas rare de rencontrer des caisses claires plus petite et plus ou moins profonde, de 8 à 15 pouces de diamètre et de 4 à 7 de profondeur. On trouve trois catégories de caisse-claires d'effet: la «sopranino» qui a un petit diamètre et est très peu profonde (p.ex. 10x4 pouces), la «soprano» qui est plus profonde mais a un petit diamètre (p.ex. 12x6 pouces) et la «piccolo» qui a un diamètre standard de 14 pouces mais qui est très peu profonde (p.ex. 14x3 ou 14x4 pouces).
Ici on voit une caisse-claire soprano sur la photo de gauche, une caisse-claire sopranino au milieu, et une caisse-claire picollo sur la photo de droite.

       

Les cercles qui servent à tendre les peaux sont en métal ou en bois. On trouve deux types de cercles en métal; les traditionaux (flanged hoops) et les cercles moulés (die-cast hoops). Les premiers sont fabriqués avec des fines lamelles de métal et ont des épaisseurs variées, les deuxièmes sont coulés dans des moules et sont plus épais et solides. On utilise principalement les cercles traditionaux car ils sont moins cher (les cercles des kit bas de gamme sont généralement assez fins et coûtent encore moins chers), ils facilitent l'accordage car ils sont plus ou moins flexibles et délivrent un son gras et riche.
Les cercles moulés, généralement utilisés sur les caisse-claires, sont appréciés pour leur solidité, la régularité dans la tension sur la peau et pour le son plus court et moins riche dans les harmoniques. Par contre si le fût ou la peau n'est pas parfaitement rond, l'accordage deviendra difficile du fait que le «die-cast hoops» est épais et donc moins flexible. Les cercle en bois étaient les premiers utilisés sur les caisse claires et sont toujours présents sur les tambours actuels. Ils sont fabriqués comme des fûts en bois mais sont plus épais (10, 12, 14...plis de bois) pour plus de solidité. Ils sont appréciés car ils absorbent mieux les vibrations, fonctionnent comme une extension d'un fût et donnent une résonance plus brillante à la caisse, mais il faut mettre le prix.

Comme les autres fûts d'une batterie, la caisse claire a une peau de frappe sur le dessus et une peau de résonance au-dessous. La peau de frappe est généralement plus épaisse que la peau de résonance et est souvent recouverte d'une peinture blanche (coated) et granuleuse qui rend la sonorité du fût plus chaude et permet une meilleur sensibilité avec les balais. Certains batteurs suppriment la peau de résonance des toms, cela donne un son plus brillant et propre, mais atténue aussi la résonance, ce qui privilégie l'attaque à la tonalité. Cette technique est surtout utilisée dans les orchestres de musique classique.

Les chanfreins:
La partie du fût où repose les peaux est appelée chanfrein. Sa forme joue un rôle important dans la sonorité du fût. On trouve des chanfreins coupés à 45 degrés de l'extérieur à l'intérieur du fût, ce qui permet de minimiser la surface de contacte entre le bois et la peau et donne une note plus profonde. Une deuxième technique consiste à couper deux angles de 45 degrés à l'extérieur et à l'intérieur du fût. Elle minimise le contact entre la peau et le bois et permet de poser la peau plus facilement que dans le premier cas. La troisième technique est la plus ancienne et la moins utilisée aujourd'hui. Le chanfrein de 45 degrés est arrondi à l'intérieur et à l'extérieur du fût, ce qui augmente la surface de contacte entre la peau et le bois et produit un son vintage. On trouve des chanfreins coupés à des degrés différents et de coupes semi-arrondies. Dans tout les cas, il est important qu'ils ne soient pas abimés pour que le son soit obtimal (à vérifier lorsque l'on change une peau !).

Les timbres et l'accastillage:

Le timbre est l'élément qui caractérise le son de la caisse claire et la différencie d'un autre fût. Il est constitué de plusieurs fils de métal reliés entre eux et plaqués sur la peau de résonance grâce à un déclencheur. La largeur du timbre varie selon le nombre de fils, sa longueur varie suivant les tailles de caisse claire (de 10 à 15 pouces). Le nombre de fils sur un timbre varie entre 12 et 30. Ils influencent la réponse, la projection du son, et peuvent atténuer certaines harmoniques.

 

 

Le déclencheur :
Le déclencheur est un système de levier qui permet de faire entendre ou non le timbre de la caisse claire en le plaquant contre la peau de résonance. Sur chaque déclencheur, on trouve une vis qui permet de régler la tension du timbre lorsqu'il est enclenché. La tension du timbre influence le son de la caisse claire. Plus il est tendu, plus le son est sec. Plus il est détendu, plus le son est gras et plus on entendra le timbre. Lorsqu'on l'enlève, la caisse claire sonne comme un tom. Chaque marque a développé son système de déclencheur, mais ils ont tous les même caractéristiques, à quelques options près.
Pour pouvoi
r accorder la caisse claire, deux cercles posés sur les peaux exercent une pression dessus. Ils sont reliés à la caisse par des vis qui permettent le réglage de cette pression et de maîtriser la tention des peaux. Ces cercles sont en métal ou en bois, comme sur les premières caisses claires ou les tambours. Les vis de tension se vissent dans des coquilles, ou des tubes (au look vintage), vissés à la caisse. Chaque marque a dessiné ses propres coquilles pour qu'elles soient un élément reconnaissable et caractéristique de la marque. 

Dans un set de batterie, on trouve pratiquement toujours une caisse claire et il n'est pas rare d'en rencontrer une deuxième (ou plus, suivant les besoins). Souvent une caisse claire principale et une d'effet; la caisse claire principale est placée entre les jambes du batteur, la deuxième sur la gauche (pour les droitiers). Elle repose sur un pied qui permet de régler sa hauteur et son angle d'inclinaison. On peut dire que l'inclinaison est dictée par la tenue des baguettes, bien que cette dernière donnée reste très personnelle et soit presque unique pour chaque batteur. On a tendance à l'incliner vers sois lorsque l'on tient les baguettes en «prise batterie», alors qu'on aura tendance à faire l'inverse (jouer à plat) lorsque l'on joue en «prise traditionnelle» (prise tambour).


Cliquez ici pour voir :



Jérôme Fischer & Michel Maurer - Contact: info@jerrock.com
Les photos de DW ® sont utilisées avec leur autorisation